Grâce à Ouareau...

En octobre 2017, Ouareau a participé à la campagne #GrâceAuCamp de l'Association des Camps du Canada et menée par notre directrice, Gabz. Le but de la campagne? Faire la promotion de l’impact positif que les camps d’été ont eu dans la vie de millions de personnes à travers le pays.

Avec l'été qui approche à grands pas, nous avons demandé à nos co-chefs d'expéditions de partager avec nous pourquoi elles reviennent au camp année après année et ce qu'elles ont appris au Camp Ouareau.

Voici ce qu'elles avaient à nous dire.

30725743_663290134004276_1637072345883475968_n.jpg
30762827_663290127337610_3260533549563904000_n.jpg

Pour moi, les camps de vacances font partie des plus belles expériences que j’aurai eu la chance de vivre dans ma vie. C’est là, plus qu’à l’école où à la maison, que j’ai fait les plus beaux et les plus grands apprentissages sur moi-même et sur la façon dont je peux avoir un impact sur le monde qui m’entoure. J’ai grandi dans un camp de vacances où la place accordée au plein air et aux expéditions de canot-camping était primordiale. Je crois fermement, suite à ces expéditions qui m’ont tant appris, au pouvoir des grands espaces dans la formation de l’individu. La transition de Minogami à Ouareau s’est faite d’une belle façon, car elle m’a permis de faire le pont entre une passion que j’avais eu la chance de vivre et que je pouvais maintenant transmettre à mon tour à des jeunes aussi passionnés que moi. Aujourd’hui, je peux dire que même en travaillant au camp, je continue de développer mon sens du leadership et de l’initiative, mes capacités à bâtir des relations durables et constructives, mais surtout d’entretenir cette flamme et cette passion qui m’anime tous les jours.

Myriam R. est notre co-chef d'expéditions pour 2018 


Il y a quatre ans, je n’étais jamais embarquée dans un canot et j’étais nerveuse à l’idée de le faire ; aujourd’hui, me voilà chef des expéditions de canot. Des exemples comme celui-là, j’en aurais plein à vous raconter.

Chaque été, parfois des manières les plus inattendues, le camp me fait découvrir quelque chose de nouveau. J'y ai découvert les expéditions, qui me poussent à donner le meilleur de moi-même. J'y ai performé sur scène, moi, une fille gênée. J'y ai créé des amitiés solides avec certaines filles partageant les mêmes passions que moi et d'autres non, mais qui aujourd'hui sont toutes mes plus proches amies

Grâce à Ouareau, j’ai maintenant l’occasion de transmettre tout cela à travers mon amour des expéditions, et ultimement, c’est ce qui me pousse à revenir année après année.

Charlotte T.-B. est notre co-chef d'expéditions pour 2018.

charlotte.jpg
Screen Shot 2018-05-24 at 12.11.44 PM.png

Je n'aurai jamais ma pagaie de 10 ans. Ou pas.

Je n'aurai jamais ma pagaie de 10 ans. Ou pas.

Ha! Je ne durerai jamais aussi longtemps, me disais-je.

En effet, je ne pensais même pas réussir à terminer mon été. J'étais déjà couverte de piqûres de maringouins (la citronnelle ne fonctionnait pas trop pour moi), et ma première nuit à veiller sur mes campeuses* s'était terminée (sérieusement) accroupie à deux pas des toilettes des Seniors, à faire pipi dans mes pantalons.

"My Name Is Catherine and I Live in Sainte-Marcelline-de-Kildare"

"My Name Is Catherine and I Live in Sainte-Marcelline-de-Kildare"

J’avais pris mon courage à 2 mains et j’allais apprendre l’anglais. Ça ne pouvait pas être si pire que ça: j’étais une des meilleures de ma classe! Je pouvais dire "My name is Catherine and I live in Sainte-Marcelline-de-Kildare". J’allais sûrement réussir à me faire des amies...même si je ne savais pas comment dire amie en anglais.